Arcade Street à Paris, le Game Center à la française

J’aime le jeu d’arcade. Mais le jeu d’arcade n’est pas très en forme en ce moment – en France comme ailleurs – et je ne ne sais que penser de son avenir (ou de son absence d’avenir !). Même au Japon, les fameux Game Centers sont essentiellement remplis d’UFO Catchers (jeux du grappin) et de Purikura (sorte de Photomaton ludique). Le Japon pays des salles de jeu? Des salles de Pachinko et de Medal Games, oui ! Du jeu d’arcade, plus vraiment…

En France, il ne restait plus guère ces dernières années que « La Tête Dans Les Nuages« , géant qui s’est révélé aux pieds d’argile : il ne reste plus de la franchise qu’une salle au centre de Paris et quelques bornes disséminées ça et là (les salles de Belle Epine dans le 94 et du Disney Village n’étant plus référencées sur le site, j’en conclus qu’elles ont probablement fermé leurs portes, mais il faudrait que j’aille jeter un œil à l’occasion). Et pour ce qui est de la salle parisienne, rien de bien folichon pour un gamer : la douzaine de bornes « classiques » ne fait tourner que des jeux anciens ou moyens, sur du matériel assez minable (sticks anciens et gras, vis apparentes, quelques écrans hors d’usage…). Certes les prix ont baissé (2€ pour deux crédits, ce qui demeure assez élevé), mais le gamer n’est clairement pas la cible de la salle (pour ce qui est des bornes dédiées et des activités annexes – genre air hockey et billard – la salle s’en sort mieux, malgré des prix prohibitifs).

Du coup, que reste-t-il pour les gamers, les vrais, les durs, les tatoués ? A Toulouse, la salle Neo-Arcadia jouit d’une bonne réputation sur le Net, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller. Sur Paris, deux salles semblent valoir le coup : le Versus Dojo boulevard Voltaire et Arcade Street. Le Versus Dojo semble spécialisé dans la baston 2D, mais, les plus observateurs l’auront deviné, je ne vais pas vous parler de cette salle aujourd’hui (je compte bien y faire un tour dans pas longtemps). Reste donc Arcade Street, dont j’avais appris l’existence sur l’Editotaku avant la mort de ce dernier.

Arcade Street, c’est un peu un Game Center japonais mis à la sauce française. Ce qui n’est pas plus mal, car si le projet avait été mené par des otakus fans du Japon, on aurait eu le droit à une merdouille remplie de moe à dix balles, de bornes Idol Master et Project Diva, squattées en permanence par des émos et des goth-poufs. Arcade Street évite cet écueil. Bon, il tombe un peu dans la caricature jeune urbain technophile branchouille fan de mangas et de rap nippon, qui a bouffé tous les épisodes de Next In The City et se rend à la salle sur son Sk8 façon Tony Hawk, mais c’est encore très supportable. Et puis ça correspond plus au style des bons joueurs français de SF IV et compagnie.

De fait, la salle abrite pas mal de jeux de baston, récents ou anciens, montés en versus, et il est possible de se faire de bonnes parties, le niveau étant tout a fait correct. La clientèle est plutôt constituée d’étudiants, et je n’ai pas croisé de racailles dans la salle ou alentours. Mais la sélection de jeux se veut éclectique (si on me paie le voyage…), et on trouve de bons shoot’em up, des beat’em all ainsi que des jeux de réflexion et quelques bornes dédiées (dont une de DDR ou assimilée, qui pour une fois est à sa place : au fond d’un dégagement sombre et isolé).

Les bornes sont en bon état, ainsi que leurs écrans et leurs sticks. On trouve notamment de l’Astro City, de la Taito Egret 3, de la Blast City… Je regrette juste l’absence de Control Panel Overlay ou de Marquee spécifiques à chaque jeu. Un peu dommage pour une salle qui fonctionne sur l’atout « passion ».  Et puis les bornes HS laissées sur place, ça fait un peut limite aussi. Mais pour le reste, c’est du tout bon, les bornes sont équipées de leurs tabourets « comme dans les salles japonaises », la disposition est réfléchie et la salle évite (de peu…) l’ambiance « trois bornes dans le garage de papa ».

Pour la plupart des jeux, le crédit est à 50 centimes, ce qui est raisonnable. Avec dix euros, j’ai pu passer une heure et demi dans la salle et m’éclater sur Mushihime Sama Futari, DoDonpachi, Aliens vs Predator, Tetris (!), Metal Slug, Street Fighter (plusieurs) et même… Pop’n Music ! Je crois bien que c’est la première fois que je vois cette borne en France, alors que la franchise est une des plus marrantes dans le domaine des Rythm Games (voir vidéo ci-après)… Bref, pas mal d’amusement pour un budget minimum.

Alors, que penser d’Arcade Street ? Il s’agit assurément d’une bonne salle, à l’ambiance sympa et qui ne vole pas ses clients. On n’est pas au niveau de la salle Mikado à Tokyo ou d’un Sega Center d’Akihabara, mais on s’en rapproche. J’ai également parcouru quelques salles à l’étranger, et je dois dire qu’Arcade Street est la meilleure que j’ai fréquentée en Occident. La concurrence est plus élevée en Asie… Quoiqu’il en soit, vous devriez y faire un tour si vous êtes de passage à Paris, la salle est facile à localiser et vaut le détour. De là à espérer qu’elle ne soit que la première d’une longue série annonçant la résurrection du jeu d’arcade…

Bob Dupneu

P.S.: Les photos de la salle sont issues du site officiel. Elles datent un peu car la salle s’est étoffée depuis et accueille plus de bornes !

P.S.2: Si vous connaissez d’autres bonnes adresses, je suis preneur !

About The Author


Bob Dupneu

Ludophile issu d'une époque lointaine ou souffler dans sa cartouche était la norme, mais tout aussi intéressé par les derniers jeux AAA que les vieilleries du fond du grenier... Le temps peut passer, les bons jeux le demeurent !

Leave a Comment