Dodonpachi Resurrection sur iPhone

Au milieu des années 90, alors que la grande époque des Shoot’Em Up prenait fin, un sous-genre de jeux de tir est apparu, le danmaku (弾幕 – « rideau de balles »), également appelé Manic Shooter. Dans ce genre un peu à part, une astuce technique (la réduction de la boîte de collision du vaisseau dirigé par le joueur) a permis de rendre les Shoot’Em Up plus attrayants visuellement, grâce à d’imposants patterns de boulettes multicolores, mais sans que les nouveaux venus dans le monde du jeu de tir ne soient découragés par l’extrême difficulté des derniers shoots « classiques ».

Dans le petit monde des danmaku, un développeur s’est rapidement fait remarquer pour ses créations : Cave. Avec DonPachi et surtout sa suite DoDonPachi, le studio japonais a posé les bases du genre Manic Shooter, tout en s’assurant une réputation sans faille auprès des amateurs du genre, dont je fais partie. C’est donc avec un plaisir certain que je me suis essayé à la version iPhone de DoDonPachi, j’ai nommé DoDonPachi Resurrection.

Je continue de penser que l’iPhone n’est pas une console de jeu… Mais comme la version initiale de DoDonPachi Resurrection, sortie sur XBox 360, n’a pas eu le bon goût d’être compatible avec les consoles vendues en France, je me suis résolu à débourser mes 6,99€ pour télécharger la chose. Force est de constater qu’une fois de plus Cave a fait le boulot correctement, ma plus grande inquiétude étant dissipée dès les premiers instants de jeu : la maniabilité est impeccable. Plutôt que de tomber dans la bêtise d’utiliser l’accéléromètre du portable d’Apple ou de placer des commandes virtuelles sur l’écran, les développeurs ont eu une idée intéressante : le joueur est libre de placer son doigt à n’importe quel endroit, le déplacement du vaisseau suivant celui du doigt. « Du », car il n’est pas nécessaire de tapoter son écran tactile comme un forcené pour tirer : le tir est automatique, le passage entre tir normal et laser se faisant en effleurant un bouton placé sur la gauche de l’écran.

Passé l’épreuve de la maniabilité, quelques incertitudes demeuraient sur la visibilité. Là encore, et sauf si le joueur pose son gros pouce sur le vaisseau, il ne sera pas possible d’accuser les développeurs si votre téméraire pilote finit dans une gerbe de feu. La réalisation fait honneur à l’iPhone, avec des couleurs vives, des explosions dans tous les sens, des boulettes partout et un environnement sonore qui n’est pas en reste! Seule grosse ombre au tableau : de gros et fréquents ralentissements dès que ça pète un peu trop, sur iPhone 3GS tout du moins…

Côté système de jeu, on retrouve les chaines, les barres de vie des boss, les abeilles cachées et les bombes. Trois vaisseaux sont présents, au début, ainsi que deux modes de jeu : arcade et iPhone, ce dernier proposant un tir spécial qui transforme le vaisseau en tourelle fixe détruisant les tirs ennemis, avec bonus de points à la clef. Nouveauté intéressante sans être révolutionnaire. Les cinq niveaux du jeu se traversent agréablement, mais sans doute un peu trop rapidement, à l’exception notable du dernier qui propose un challenge un peu plus long.

Le challenge justement n’est pas très relevé, les développeurs ayant sans doute considéré les conditions de jeu sur téléphone portable peu propices à une concentration extrême; ainsi la fameuse boîte de collision est-elle vraiment minuscule (de l’ordre du pixel…) tandis que l’écran est souvent libéré des tirs ennemis par la destruction d’un méchant un peu plus gros que les autres et que les achievements du Game Center sont pour la plupart très rapidement obtenus… Mais bon, même si le jeu est un peu trop facile, il reste toujours la quête éternelle du High Score!

Le seul détail vraiment décevant dans ce DoDonPachi Resurrection est assez anecdotique mais révélateur du mauvais tournant qui semble s’amorcer depuis quelques temps déjà dans le microcosme jeux vidéos/mangas/animés (rayez les mentions inutiles) au Japon : les boss se révèlent tous les cinq être de (trop) jeunes filles typées manga-moé, ce qui est absolument hors-sujet et empeste le fan-service pour otakus… Malgré tout, DoDonPachi Resurrection sur iPhone est un bon jeu, à défaut d’être le meilleur de la série. Et puis un iPhone c’est plus simple à transporter dans le métro qu’une borne d’arcade!

Bob Dupneu

Les photos utilisées pour illustrer cette bafouille proviennent de jeuxvideo.com.

À propos de Bob Dupneu

Joueur depuis une époque reculée où deux pixels se battant en duel procuraient déjà autant de plaisir que les millions de polygones s'affichant sur les dernières consoles... Rétrogamer mais pas nostalgique !
Cette entrée a été publiée dans Tests, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>