Archives pour la catégorie Traductions

E.T. exhumé d’un désert au Nouveau-Mexique

Jaquette ET sur Atari 2600Les ludophiles aguerris vous le diront : rien de plus dangereux qu’un jeu à licence. Une fois le coût de la licence réglé, il ne reste plus assez de pépettes pour assurer un bon jeu. L’adaptation sur Atari 2600 du film E.T. l’extraterrestre est souvent érigé en modèle historique de ce que l’alliance cinéma-jeux vidéo peu avoir de pire. Au point d’avoir fait naître une des légendes urbaines les plus tenaces de notre milieu : l’ensevelissement de millions de cartouches invendues dans un désert du Nouveau-Mexique, entre deux trafiquants de drogue… Continuer la lecture de E.T. exhumé d’un désert au Nouveau-Mexique

Une Wii U impuissante? Pas pour Nintendo!

Ouh là! Deux mois sans article… Ben oui, pour se payer des jeux, faut bien travailler parfois… Et puis l’actualité de notre microcosme a été assez animée ces derniers temps avec l’E3 dont vous pouvez trouver un très bon condensé dans le Canard PC actuellement en kiosque. Un bel E3, sans grande surprise mais un peu plus en forme que ces dernières années à mon sens.

L’opposition 3DS/Vita n’ayant pas vraiment eu lieu (pour le moment?), les aficionados de la « Guerre des Consoles » attendent la prochaine génération de consoles de pied ferme afin d’avoir leur quota de querelles de clochers et autres règlements de comptes sur les forums de jeuxvideo.com (ça les changera des sujets de bac :D). Or, il semble bien que Nintendo dégaine le premier, avec un nouveau concept qui semble occulté par la faiblesse technique de son hardware. Les ludophiles ayant souvent un petit coté technophile, ce manque de puissance pure fait beaucoup parler de lui depuis quelques mois, obligeant Big N à s’expliquer conférences après conférences…

J’aurai pu tenter de synthétiser les arguments pour et contre ce choix technologique du géant nippon, mais comme c’est la reprise, que je suis d’un naturel fainéant et que j’ai acheté plein de jeux pendant les soldes, je me contenterai aujourd’hui d’une simple traduction d’un article paru sur IGN.com 😉

Traduction d’un article de Richard George disponible à cette adresse

———————————————————————————————————–

Sony et Microsoft ont encore beaucoup de choses à révéler concernant leurs prochaines consoles, mais une chose semble sûre : étant donné qu’elles seront lancées au moins un an après la Wii U, elle seront plus puissantes que la nouvelle console de salon à deux écrans de Nintendo.

Les investisseurs  eux-mêmes semblent s’inquiéter de ce problème. Lors d’une récente session de questions & réponses, il a été demandé au président Satoru Iwata si la Wii U sera en mesure de faire face à ses rivales, et si son manque de puissance de risquait pas une fois de plus de faire perdre la console dans la compétition des jeux multi-plateformes.

« Les autres compagnies peuvent lancer des consoles plus puissantes, mais nous ne pensons pas que la différence entre la Wii U et ces consoles sera aussi grande que ce que vous avez ressenti concernant les différences entre la Wii et ses concurrentes, tout simplement car les évolutions graphiques seront de moins en moins flagrantes » a répondu Iwata. « Bien sûr, certains consommateurs sont très sensibles aux moindres différences graphiques : nous feront donc les efforts nécessaires pour tirer le meilleur de la Wii U afin de rester en phase avec les innovations technologiques et d’éviter que la console ne devienne obsolète trop vite. »

Un des problèmes auxquels Nintendo a du faire face avec ce nouveau produit, c’est qu’il est formé de deux composants distincts, le GamePad controller et la Wii U à proprement parler qui auraient pu, avec un développement inconsidéré, évoluer vers deux systèmes de jeu distincts. « Si nous n’avions pas tenu compte de leurs valeurs respectives, nous aurions du au final proposer pour la Wii U le prix de deux systèmes hardware combinés » a poursuit Iwata, tout en notant l’extrême importance de trouver un prix de référence approprié pour la next-gen. Pousser le hardware de la Wii U au point ou il aurait été composé de deux systèmes distincts était tout simplement inacceptable aux yeux du constructeur « Nous avons du designer la Wii U en équilibrant les performances et le coût ».

Iwata a noté que la Wii survit difficilement depuis « environ deux ans ». Durant cette période, les éditeurs tiers se sont massivement tournés vers la XBox 360, la PS3 et le PC. Ce phénomène, combiné aux investissements massifs de Nintendo dans le développement de la Wii U et de la 3DS, explique que la Wii a du se contenter de la ludothèque déjà existante, attirant de nouveaux clients au moyen de promotions et packs spéciaux.

Si le pari de Nintendo s’avère payant, le constructeur n’aura pas seulement minimisé la différence graphique entre la Wii U et ses futures opposantes, mais il bénéficiera d’un avantage unique au travers de sa conception autour de deux écrans. Iwata a comparé les consoles actuelles (et anciennes) a des « parasites » dépendants d’un écran pour fonctionner. La Wii U va casser cette règle, en permettant à la console de se connecter à un écran tout en gardant la possibilité de s’en affranchir.

« En évitant d’affronter les autres consoles sur un terrain purement technique et en proposant diverses façons d’utiliser la Wii U, nous voulons créer un futur dans lequel tout membre de la famille, même celui qui n’a jamais touché une console de jeu de sa vie, considère la Wii U comme quelque chose de pratique, ce qui permettra de maintenir sa compétitivité sur le long terme » a précisé Iwata.

———————————————————————————————————–

Par ailleurs

Les juges européens ont confirmé ce que j’expliquais dans une précédente bafouille, à savoir que rien ne peut interdire à un consommateur de revendre un jeu, même dématérialisé! Voilà qui vient remettre en question une grande partie de l’intérêt que les éditeurs portent à ce système de distribution… Faut-il dès lors s’étonner qu’alors que la première console de salon dédiée au dématérialisé free to play pointe le bout de son nez, les éditeurs tentent de revenir vers la matérialisation?

Sumioni, le jeu qui me fera (peut-être) acheter la Vita

L’évolution technologique de nos consoles ne sert pas seulement à afficher le sang et les explosions de façon toujours plus marquante : la course au photo réalisme est parfois suspendue pour laisser une petite place à la poésie et à la créativité. Lorsque c’est le cas, cela donne naissance à de petites merveilles comme Okami ou Oboro Muramasa, qui ont en commun un graphisme magnifique inspiré des estampes japonaises et des ventes catastrophiquement décevantes!

Il faut en effet croire que la prise de risque dans le domaine visuel est très rarement couronnée de succès dans la sphère vidéoludique : des jeux comme Mad World viennent le rappeler à intervalles réguliers. Malgré tout, la passion aidant, certains développeurs continuent à nous proposer des jeux à l’esthétique raffinée. Ainsi, le japonais Acquire (connu pour ses séries Tenchu et Way of the Samurai) s’est-il piqué de développer un jeu inspiré des peintures sumi-e (variante japonaise de ce que nous appelons lavis dans la langue de Molière) : Sumioni (littéralement : le démon de l’encre).

Le jeu a été annoncé en septembre dernier par le célèbre Famitsu et présenté au public lors du Tokyo Game Show. Pour autant, je n’avais pas vraiment remarqué l’annonce, noyée sous de nombreuses autres, et ce n’est qu’en raison de la diffusion prochaine d’une démo annoncé sur le site dudit Famitsu que j’ai découvert ce projet intéressant. Je fais en effet partie des trop rares joueurs a avoir joué et apprécié Okami et Oboro Muramasa, tous deux sur Wii – en réédition pour le premier originellement sorti sur la PS2 – et j’ai adoré Way of the Samurai 3, malgré ses importantes carences techniques et ludiques… Du coup, la simple idée d’un jeu développé par les mêmes équipes que le dernier et inspiré des deux premiers m’enchante au plus au point!

La démo proposée permettra sans doute de se faire une idée un peu plus précise de Sumioni, qui semble être un beat’em all assez classique, empruntant quelques mécanismes de jeu à l’antique (2005!) Yoshi Touch & Go et doté de graphismes magnifiques. Les fonctions tactiles de la PS Vita semblent être au coeur du gameplay, mais si le jeu perce, ce sera je pense plus en raison de sa puissance graphique que de son système de jeu, très classique au-delà des inévitables fonction-gadgets tactiles au demeurant…

Le jeu risque de se planter en beauté, et même de ne jamais passer nos frontières : l’establishment en place sur les consoles de Sony (MGS, Killzone ou désormais Uncharted) ne laisse pas beaucoup de place pour ce type de création; et quand bien même le jeu atteindrait les étals de Micromania ou Game, il serait probablement délaissé par les joueurs, Acquire n’étant réputé ni pour sa maîtrise technique, ni pour la rigueur de ses systèmes de jeu. Alors pourquoi parler de Sumioni? Probablement car c’est le premier jeu qui me donne envie d’acheter une PS Vita!

Bob Dupneu

Ci-après une traduction de la news parue sur le site Internet de Famitsu et par laquelle j’ai appris l’existence de ce jeu.

L’article original se trouve à cette adresse : http://www.famitsu.com/news/201201/05008006.html

———————————————————————————————————–

Une démo jouable de « Sumioni », jeu exploitant sans réserve toutes les fonctionnalités de la PS Vita, sera diffusée le 25 janvier!

Diffusion sur le PS Store

Acquire a annoncé qu’il diffusera une démo jouable de son prochain jeu pour Vita « Sumioni » (attendu pour le 9 février 2012) dès le 25 janvier prochain.

Le jeu propose de manier avec dextérité la « voie du pinceau », les « techniques de précision » et les « invocations » (NdT : pour ce qui est du nom des techniques, je me suis contenté de traductions littérales), tout en profitant de l’intuitive « action tactile Encre de Chine ». Vous pourrez tester ce gameplay particulier dans la démo.

Site officiel mis à jour

———————————————————————————————————–

Le site officiel propose de très jolis papiers peints Sumioni, ainsi que les vidéos ci-dessous qui permettent de voir le jeu en mouvement.

Par ailleurs

Yellow Media, c’est fini. La société (détentrice de la quasi-totalité des publications relatives aux jeux vidéos) était en redressement judiciaire depuis juin, et a été placée en liquidation le 16 novembre. J’apprécie à ce titre avoir reçu une proposition pour me réabonner à Jeux Vidéo Magazine à un moment ou la destinée de la publication était plus qu’incertaine. Il n’y a jamais de petits profits…

Une autre société, inconnue au bataillon, semble avoir acquis certains titres. Le site Internet est encore plus que succinct et le mail de contact hébergé chez Yellow Media, alors je ne saurais que trop vous conseiller de patienter avant tout abonnement auprès de la dénommée M.E.R.7! Quoiqu’il en soit, la fin de Yellow Media marque la fin d’une époque particulièrement néfaste pour la presse vidéoludique, et si les magazines survivent au séisme, peut être annonciatrice d’une nouvelle ère. En tout cas, c’est que que nous promet l’équipe de JV Magazine dans son édito de janvier…

Des DLC sur PS Vita

Même si l’information n’est pas très récente, j’ai décidé de revenir aujourd’hui sur les contenus téléchargeables de la future PS Vita, en traduisant un petit article (récemment mis à jour) du site kotaku.com.

En effet, ces dernières semaines les annonces concernant la PS Vita se multiplient, afin de faire le « buzz » autour de la machine, qui sortira très prochainement au Japon mais ratera la période de Noël dans le reste du monde. On savait déjà qu’une carte mémoire propriétaire vendue à un prix prohibitif (on parle de Sony, là !) était prévue, mais son utilité exacte demeurait un peu floue : sauvegarde, installation des jeux, DLC …? Sony a finalement apporté quelques éléments de réponse qui sont repris dans l’article ci-dessous.

Bob Dupneu

L’article original se trouve ici : http://kotaku.com/5853021/some-vita-games-will-have-dlc-and-some-wont

———————————————————————————————————–

Certains jeux Vita auront des contenus téléchargeables, d’autres pas (mis à jour)

Sony a donné à notre partenaire Kotaku Japan une liste indiquant les jeux qui nécessiteront une carte mémoire pour les sauvegardes, et une autre pour ceux qui s’en passeront. Mais qui décidera des jeux qui nécessiteront ou pas une carte mémoire?

Selon Sony Computer Entertainment, ce seront les éditeurs qui feront ce choix. Kotaku Japan rapporte qu’il appartiendra aux développeurs de décider si les données de jeu devront être sauvegardées sur la cartouche ou sur une carte mémoire.

La différence? Les jeux utilisant des cartes mémoires pourront profiter de contenus postérieurs à leur sortie, comme des DLC ou des mises à jour.

Il a été dit à Kotaku Japan qu’il ne sera pas possible de sauvegarder sur la carte mémoire dans les jeux prévus pour stocker leurs sauvegardes sur la cartouche. Cela semble signifier que les jeux qui n’utiliseront pas de carte mémoire ne pourront pas bénéficier de DLC. Voir la mise à jour ci-dessous.

Méditons là-dessus. Ce qui s’annonce comme une super portable risque d’être condamné pour une histoire de format de sauvegarde, avant d’être ressuscité par une inévitable révision matérielle.

Mise à jour : Il semblerait que les cartouches pourront au final supporter certains types de DLC. Selon la FAQ de la Vita de Sony, les cartouches de jeu « peuvent stocker du contenu additionnel ou des sauvegardes ». Les DLC semblent donc possibles pour les titres limités à la cartouche de jeu. Quoiqu’il en soit, on ne connait pas encore ni la taille des contenus téléchargeables, ni les restrictions de taille qu’il y aura.

とりあえずメモリーカードは買っとけ! [Kotaku Japan]

(Photo d’illustration: Koji Sasahara | AP)

Baisse du marché japonais des jeux vidéos au premier semestre 2011

Si l’industrie vidéoludique traverse une période globalement assez faste, il ne faut pas oublier que de fortes disparités existent en son sein. Ainsi, au Japon, qui est pourtant un acteur majeur du secteur depuis le milieu des années 80, le milieu n’est pas au mieux de sa forme : les studios locaux accusent un retard technologique désormais flagrant, tandis que le secteur de l’arcade est en perdition (mais au moins existe-t-il encore au pays du Soleil levant…). Il n’est dans ces conditions pas étonnant que le marché du jeu vidéo subisse au premier semestre 2011 une baisse substantielle.

Cette baisse est rapportée par Enterbrain, maison d’édition japonaise propriétaire entre autres du magazine Famitsu et de l’éditeur de jeux RPG Maker. Le rapport est repris et commenté dans un article publié sur le site Internet de Famitsu dont je vous propose la traduction ci-après. Petite précision utile : l’année fiscale démarre au Japon en mars; le premier semestre s’étend donc de mars à septembre, ce qui explique la date de diffusion du rapport d’Enterbrain (le 29 septembre). L’année scolaire nippone suit d’ailleurs le même calendrier, avec une rentrée en avril!

Évidemment, un tel rapport passionnera plus les actionnaire que les ludophiles que nous sommes, car il permet surtout d’évaluer la rentabilité du secteur et de ses différents acteurs. Il est toutefois intéressant de noter que Big N est toujours le maître du jeu, tandis que Microsoft devrait probablement penser à saisir la HALDE locale 😉 ! En ce qui concerne les jeux, le Japon reste fidèle a lui-même avec deux RPG en tête de liste, dont un énième spin-off de Dragon Quest. Il faut noter la performance de Tales of Xillia sur PS3 qui, en à peine trois semaines d’exploitation, truste la première place du classement!

Au final, ce premier semestre n’a rien de folichon, et il faudra sans doute attendre, comme il est indiqué sur le rapport, les grosses sorties prévues en fin d’année et la guerre PS Vita / N3DS pour retrouver un marché un peu plus dynamique. Je profite de l’occasion pour rappeler à ceux qui aiment les guerres et les chiffres l’existence du site Console Wars.

Bob Dupneu

L’article original se trouve ici : http://www.famitsu.com/news/201109/29051108.html

——————————————————————————————–

Baisse du marché japonais des jeux vidéos au premier semestre 2011, qui représente 158 milliards 430 millions de yens (NDT : 1,5 milliard d’euros environ) soit 84,9% du premier semestre 2010.

Le 29 septembre 2011, Enterbrain a dévoilé son rapport portant sur le marché des jeux vidéos domestiques au premier semestre 2011.

*La 3DS, console la plus vendue

Le 29 septembre, Enterbrain a dévoilé son rapport annuel relatif au premier semestre du marché japonais des jeux vidéos domestiques. Sur la période 28 mars-25 septembre, et en tenant compte de l’ensemble du marché, les ventes cumulées de hardware et de software s’élèvent à 158 milliards 430 millions de yens. Cela représente 84,9% de l’exercice précédent. Pour expliquer ce résultat, le rapport avance plusieurs explications : « L’année dernière a été dynamisée par la sortie des jeux Pokémon Noir et Blanc (NDS) qui se sont vendus à 3 410 000 exemplaires, alors que cette année, aucune licence comparable n’est sortie, et ce dans un contexte de baisse du marché du software. ». Cependant, le communiqué se risque à quelques pronostics concernant le second semestre 2011 : « Il est quasiment certain que la PS Vita sortira le 17 décembre prochain. De plus, et malgré la chute de ses actions en bourse, Nintendo pourra compter en fin d’année sur les gros hits que seront Mario Kart 7 et Monster Hunter 3G sur 3DS. Avec ce cumul de hardware et de software en fin d’année, il est permis d’espérer… ».

*Comparatif des écarts de marché au premier semestre

(Période retenue pour le premier semestre 2010 : 29/3 – 26/9)

<Premier semestre 2010 (26 semaines)>

  • Hardware : 61 milliards 240 millions de yens
  • Software : 125 milliards 440 millions de yens
  • Montant total : 186 milliards 690 millions de yens (NDT : 1,8 milliard d’euros environ)

<Premier semestre 2011 (26 semaines)>

  • Hardware : 59 milliards 770 millions de yens (97,6% de l’exercice précédent)
  • Software : 98 milliards 660 millions de yens (78,7% de l’exercice précédent)
  • Montant total : 158 milliards 430 millions de yens (84,9% de l’exercice précédent)

Pendant cette période, la console la plus vendue a été la N3DS avec un total de ventes estimé à 1 120 378 unités. Vient ensuite la PSP avec 876 035 ventes. Enfin, parmi les consoles de salon, la palme revient à la PS3 avec 606 423 unités écoulées.

*Détail des ventes par machine

(Le total des ventes est calculé entre le jour de mise en vente et le 25/09/2011)

  • NDS (*) : 206 824 unités (total : 32 805 694)
  • N3DS : 1 120 378 unités (total : 1 921 801)
  • PSP (**) : 876 035 unités (total : 17 743 888)
  • Wii : 292 162 unités (total : 11 826 752)
  • PS3 : 606 423 unités (total : 6 948 373)
  • Xbox 360 : 47 177 unités (total : 1 495 842)

(*) Cumul NDS, NDS Lite, NDSi et NDSi LL

(**) Cumul PSP et PSP Go

Le jeu le plus vendu sur la période étudiée est un jeu Namco-Bandai sorti le 8 septembre sur PS3, Tales of Xillia, dont 590 621 unités se sont écoulées. Juste après, on trouve un jeu Square-Enix pour NDS, Dragon Quest Monsters : Joker 2 – Professional. En troisième position se trouve un jeu Nintendo pour Wii, Minna no Rythm Tengoku.

*TOP 5 des ventes de jeu

  1. Tales of Xillia – (total des ventes au premier semestre : 590 621; support : PS3; éditeur : Namco-Bandai; Date de sortie : 08/09/2011)
  2. Dragon Quest Monsters : Joker 2 – Professional – (total des ventes au premier semestre : 511 697; support : NDS; éditeur : Square-Enix; Date de sortie : 31/03/2011)
  3. Minna no Rythm Tengoku – (total des ventes au premier semestre : 487 296; support : Wii; éditeur : Nintendo; Date de sortie : 21/07/2011)
  4. Zelda no densetsu – Ji no okarina 3D (NDT : Zelda OOT 3D) – (total des ventes au premier semestre : 405 333; support : N3DS; éditeur : Nintendo; Date de sortie : 16/06/2011)
  5. Ryû ga shiku OF THE END (NDT : Yakuza of the end) – (total des ventes au premier semestre : 404 484; support : PS3; éditeur : Sega; Date de sortie : 09/06/2011)