Zelda, chronique d’une saga légendaire

Alors que le célèbre Hyrule Historia vient de débarquer en France, j’ai eu envie de vous parler d’un ouvrage franco-français revenant sur une série mythique de notre hobby, j’ai nommé The Legend of Zelda. Si vous vous promenez de temps en temps sur ce site, vous savez probablement que j’apprécie particulièrement les aventures de Link (sinon, vous pouvez aller voir ici ou ). La sortie d’un ouvrage sur le sujet m’avait donc interpellé, mais comme pour l’histoire de Mario en son temps, j’étais au premier abord méfiant, craignant ou un livre sans intérêt aucun pour le ludophile averti que je suis, ou un torchon rédigé par un otaku perdant dix pages sur l’exégèse de tel ou tel détail insignifiant de la série.

Comme j’aime le risque, je me suis tout de même procuré l’ouvrage, distribué chez Pix’n Love mais édité par Console Syndrome, un groupe que je connaissais jusqu’alors pas. Enfin, une fois la réédition effectuée, la première édition ayant connue une rapide rupture de stock ! Et grand bien m’en a pris : Zelda, Chronique d’une saga légendaire (visiblement l’ouvrage a d’abord été intitulé Zelda, Chronique d’une saga de légende. Ou alors les scans de la couverture trouvées sur le Net sont fausses…) se parcourt avec plaisir et grand intérêt, et propose un passage en revue de l’intégralité de la série (enfin : Skyward Sword n’était pas compris dans la première version. Mais une nouvelle édition l’intègre. De là à racheter tout le bouquin… Dans quatre ou cinq Zelda, pourquoi pas :D). Mais contrairement a mes craintes initiales, l’objectif des auteurs n’est pas d’étaler leur connaissance des détails sans intérêts des différents épisodes, mais d’essayer de décrypter la construction progressive de la série, entre impératifs créatifs, techniques et ludiques. Et sur ce point, l’ouvrage atteint, à mon sens, sa cible.

Matériellement parlant, le travail d’édition est de très bonne qualité : couverture rigide, signet, mise en page et typographie recherchées… Les auteurs indiquent sur leur page de description avoir voulu proposer un vieux grimoire. L’effet est réussi. Dans le même registre, il est évident que l’édition – et donc le travail de relecture – n’est pas le fait de Pix’n Love : pour une fois, un livre distribué par eux ne contient pas trois coquilles à la ligne, et est dépouillé des phrases incompréhensibles ou alambiquées. Bravo au relecteur, donc. D’une façon générale, Zelda, Chronique d’une saga légendaire ne triche pas avec la qualité, et cela est probablement dû, à mon sens, à l’aspect collectif du livre, mis en valeur dans ce qui ressemble fortement à un ours de magazine !

Au programme, outre le prologue et la conclusion, les auteurs proposent seize chapitres dont douze consacrés aux différents épisodes de la saga, les quatre autres proposant l’étude d’un point particulier, le tout sur 200 pages, qui s’avalent sans douleur (et sans images pour aider les analphabètes). Le ton général est sympathique, arrivant à trouver un juste équilibre entre la rédaction un peu trop pédante et le magazine pour ados. Personnellement, je regrette que les sources ne soient pas citées, mais il ne s’agit pas non plus d’un ouvrage universitaire, alors…

Les auteurs sont passionnés de la série, c’est sûr. Leur passion et leur connaissance du sujet varient d’un épisode à l’autre, c’est évident. Mais ils proposent avec application une analyse de chacun des épisodes réguliers de la série, même si les chapitres sont parfois légèrement déséquilibrés en longueur et en qualité. Ils ont également le bon goût de ne pas perdre trop de temps sur les éléments narratifs de chaque épisode, et de rentrer assez vite dans le vif du sujet, à savoir pourquoi et comment chaque épisode est-il devenu ce qu’il est. Les textes contiennent un caractère enjoué qui les rendent agréables à lire, tandis que le style d’écriture m’a plu, assez élaboré sans en devenir compliqué. Comme le souhaitaient les auteurs, Zelda, Chronique d’une saga légendaire peut tout à fait se dévorer à la manière d’un vieux grimoire, dans le confort d’un fauteuil en cuir posé près de la cheminée qui crépite…

Les analyses proposées sont intéressantes et essaient de prendre de la hauteur par rapport au sujet traité. A ce titre, un chapitre ressort très largement du lot, à savoir le quinzième, intitulé « La figure de Link et son évolution ». Ce passage est très intéressant, même s’il consiste plus en une analyse assez poussée de Ocarina of Time qu’une véritable étude de Link sur l’ensemble de la série. La qualité de l’écriture est légèrement supérieure à celle du reste de l’ouvrage, et le traitement des idées un peu plus subtil. A tel point qu’il m’a semblé que ce passage était rapporté, distinct du reste du livre. Intuition confirmée à la lecture de l' »ours » du livre : ce chapitre est l’œuvre de Selami Boudjerba, alors que les autres chapitres ont été écrits par Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi. Une sorte de livre dans le livre, de très grande qualité (j’oserai même dire excellent !).

Même si un chapitre domine largement, les autres ne sont pas en reste, loin de là. Seul le chapitre relatif à Link’s Awakening m’a semblé légèrement surinterpréter les choses. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir une connaissance encyclopédique des jeux pour suivre les développements proposés. Néanmoins, si le lecteur peut se permettre d’avoir raté un ou deux épisodes mineurs de la série, il me semble néanmoins important d’avoir pratiqué un peu la série, sous peine de ne pas bien visualiser les situations et les événements commentés, et donc de ne pas bien comprendre le propos des auteurs. Mais de toute façon, il serait étonnant que le livre attire quelqu’un qui ne s’est pas déjà promené en terre d’Hyrule !

Vous l’aurez compris, Zelda, Chronique d’une saga légendaire m’a plu. Parce que les auteurs ont fait un travail de qualité d’abord, parce qu’ils proposent une analyse intelligente sans être gonflante surtout. J’apprécie toujours de lire de nouveau auteurs, et j’espère que Console Syndrome proposera bientôt un nouvel ouvrage. A bon entendeur…

Bob Dupneu

About The Author


Bob Dupneu

Ludophile issu d'une époque lointaine ou souffler dans sa cartouche était la norme, mais tout aussi intéressé par les derniers jeux AAA que les vieilleries du fond du grenier... Le temps peut passer, les bons jeux le demeurent !

Leave a Comment